The Paris Seine Initiative

Paris Seine Initiative, lauréate de l’appel à projets I-site

 

La COMUE Paris Seine, l’université de Cergy-Pontoise, l’ESSEC, l’EISTI et l’ENSEA sont fières de la sélection de l’initiative d’excellence « Paris Seine Initiative ».

Ce succès positionne clairement Cergy-Pontoise sur la carte de l’excellence universitaire en France, parmi les grands sites d’enseignement supérieur et de recherche de niveau international.

Aborder, grâce à la recherche, les enjeux globaux d’un monde en pleine transformation, notamment du fait de l’évolution scientifique et technologique, avec une approche radicalement internationale, au cœur d’un campus de premier rang par la qualité de la vie, telles sont les grandes lignes de force de cette initiative d’excellence résolument tournée vers l’avenir.

« L’institution de savoir sera plus que jamais centrale au XXIème siècle pour le développement économique et social d’un territoire et pour l’intérêt général. En alliant excellence académique et impact économique, notre projet très innovant ouvre de grandes perspectives pour la recherche, pour nos étudiants et pour nos partenaires » déclare Jean-Michel Blanquer, directeur général de l’ESSEC Business School.

Cette sélection permettra d’accélérer le processus d’émergence d’une nouvelle université, dont l’objectif est d’intégrer le top 200 des universités mondiales d’ici 10 ans et le top 100 dans nos domaines d’excellence comme les sciences de la modélisation, l’économie et le management.

« Nous sommes allés à la rencontre de plusieurs universités en Europe et en Asie, » précise François Germinet, président de l’Université de Cergy-Pontoise, « Ces institutions ont su se transformer en 10 ou 15 ans pour se hisser parmi les universités de rang mondial. Nous voulions comprendre les clés de leur succès et les prendre comme boussole. Nous allons d’ailleurs continuer à nous déplacer pour nous inspirer de l’expérience des autres. »

L’initiative d’excellence se trouve renforcée par la restructuration en cours du campus cergy-pontain, qui articule densité urbaine et espaces naturels, et qui bénéficie d’ores et déjà de 200M€ de crédits d’investissement d’ici à 2020.

« La dimension internationale de notre projet s’exprime fortement à travers notre campus situé à Cergy-Pontoise. Transformé en campus du XXIème siècle, il va rapidement répondre aux standards internationaux et nous permettre d’accueillir les meilleurs étudiants et chercheurs. Qu’ils viennent de région parisienne ou du reste du monde, ils trouveront un campus inspirant et stimulant ! complète Anne-Sophie Barthez, présidente de la COMUE Paris Seine. « C’est d’ailleurs le sens de notre appel à manifestation d’intérêt Build beyond borders, lancé auprès des institutions britanniques qui, dans le contexte du Brexit, pourraient juger pertinent de venir rejoindre notre campus et développer des partenariats scientifiques de haut niveau ».

La mise en œuvre de l’initiative s’appuie systématiquement sur deux leviers : l’excellence de la recherche et le développement économique.

Pierre angulaire d’une politique de recherche tournée vers l’international et la circulation des savoirs, l’Institut des Études Avancées de Cergy-Pontoise fête ses 10 ans. Le bâtiment qui lui est dédié vient d’être inauguré par Thierry Mandon et Valérie Pécresse.

« Avec le soutien du CNRS, l’Institut d’Études Avancées constitue un élément clé du dossier en faveur de l’excellence de la recherche » précise Laurence Hafemeister, directrice générale de l’ENSEA. « Nous nous réjouissons également de l’implication d’autres acteurs nationaux comme l’INRIA, l’IRD, la FMSH, le Synchrotron Soleil, les laboratoires de recherche du ministère de la culture et de la communication, ou encore les experts du PJGN. »

L’initiative s’appuie par ailleurs sur les très nombreux liens que les partenaires entretiennent avec le monde socio-économique, sous forme de chaires, de plateformes technologiques ou encore de programmes de formations initiales ou continues.

« Nous pouvons compter sur la forte implication historique de la chambre de commerce et de l’industrie de Paris, de grands groupes comme ATOS, SOPRA-STERIA, ORANGE, SAFRAN, VEOLIA, ou encore des pôles de compétitivité comme Finance Innovation et Cosmetic Valley » indique Nesim Fintz, directeur général de l’EISTI.

« Le transfert de technologie et de savoirs constitue ainsi un élément important de notre dynamique avec la formalisation de trois premiers clusters : finance, business et management ; arts et patrimoine ; risque, sécurité, société. Ils sont conçus sur le modèle des « Initiatives transdisciplinaires » de l’EPFL pour se faire l’interface entre les laboratoires de recherche et le monde socio-économique. » rajoute-t-il.

Ce succès salue le dynamisme et la proximité des acteurs en présence : l’ensemble des institutions de la COMUE, les collectivités locales, les partenaires économiques et de recherche.

« Notre initiative n’est pas une simple addition, mais une multiplication », concluent les cinq présidents et directeurs qui ont défendu le projet devant le jury international. « Nous bâtissons à partir de nos acquis, de nos expériences, de nos forces et des opportunités du monde d’aujourd’hui, avec toute l’énergie qui caractérise ce territoire, au profit des étudiants, forces vives du monde de demain, et de tout l’écosystème national. »

Anne-Sophie Barthez, présidente de la COMUE Université Paris Seine

Jean-Michel Blanquer, directeur général de l’ESSEC Business School

François Germinet, président de l’Université de Cergy-Pontoise

Nesim Fintz, directeur général de l’EISTI

Laurence Hafemeister, directrice générale de l’ENSEA